Rôles sexuels et compatibilité : sans dessus deux dessous 😖😖

Parfois, on s’amourache d’une personne sans savoir ce que ça va donner au lit. Ça fait partie du jeu, il paraît ! Et si vous étiez tous les deux des bottoms ?

 

Point vocable : Top, Bottom, Switch 📚

Bottom (littéralement « au-dessous » en anglais), c’est l’équivalent de « passif » en français. Top (« au-dessus » en anglais) serait donc l’équivalent d’ « actif ». Ces termes sont principalement employés dans la communauté homosexuelle dite masculine pour désigner le pénétrant et le pénétré lors d’un rapport sexuel, même si lorsque je les emploie, dans ce billet et ailleurs, je préfère l’élargir à tout le monde.

Je dois avouer que ces appellations me dérangent un peu, surtout en français, et ce pour plusieurs raisons. Il y a tout d’abord cette idée saugrenue que le pénétré serait donc « passif ». Or, rien n’empêche le pénétrant d’être allongé et de siroter un délicieux smoothie mangue-passion pendant que le pénétré s’occupe de fléchir les genoux.

Quant à l’anglais, je ne pense pas que les termes top et bottom soient nécessairement à prendre au premier degré. À mon sens il est davantage question de hiérarchie, de dominant et de dominé. Et c’est là que ça devient intéressant.

Source : Boy Is a Bottom.

 

Le sexe, ça n’est pas que la pénétration 👉👌

Cela me paraît tellement dommage d’avoir à le rappeler, mais le sexe ne se limite pas à la pénétration. Ce que l’on nomme « préliminaires », c’est également du sexe. Penser qu’un rapport sexuel n’en est pas un s’il n’y a pas de pénétration est non seulement erroné mais également homophobe.

À partir du moment où l’on considère cela, les mots « passif » et « actif » ne signifient plus grand chose. On peut alors les comprendre comme « soumis·e » et « dominant·e », en gardant toutefois à l’esprit que l’on n’est pas obligé·e de se reconnaître dans ces deux termes, qui ne sont finalement que les deux extrémités d’un spectre. D’ailleurs, on appelle souvent celles et ceux qui se reconnaissent dans les deux versatile ou switch (Nintendo n’a qu’à bien se tenir).

Elena dans la série One Day at a Time.

 

Il me semble important de noter que l’intimité et la sexualité peuvent exister sous des tas de formes différentes de la pénétration. Je pense par exemple aux jeux de rôle, qui peuvent permettre de mieux identifier ses limites et celles de ses partenaires tout en explorant par le jeu.

En somme, être deux bottoms dans une relation, ça n’est horrible que si on pense que ça l’est. Avec un peu de créativité, je pense que l’on peut tout à fait se contenter l’un l’autre !

 

Les sextoys, ou le trousseau du cul 🗝️

Étant donné la tonalité de mon blog, il me semblait évident de mentionner les sextoys !

Tout comme le stylo nous permet d’écrire, le sextoy est un outil qui permet d’explorer et d’atteindre différemment, de bousculer nos habitudes. Ne nous méprenons pas : il n’est pas indispensable, nos mimines et nos orifices peuvent tout à fait se suffire à eux-même. Il est donc inutile de balancer toutes ses économies dans un jouet, surtout si on n’en a pas spécialement envie.

Si je m’identifie plutôt en tant que bottom, mes partenaires n’ont pas toujours un tempérament spécialement dominant. Je me suis beaucoup questionnée sur les objets ou les situations qui m’aidaient à atteindre ce sentiment de sérénité et de sécurité que j’apprécie tant dans la soumission.

Double dildo 🌭

Le plus évident, c’était le double dong. Il permet de se faire pénétrer sans que la présence d’une personne pénétrante soit nécessaire. Le concept est assez drôle et n’enlève pas la proximité que l’on peut avoir avec son partenaire, c’est même comme si l’objet servait de lien !

Plugs 🌲

J’ai aussi remarqué que les plugs, peu importe leur taille, me procuraient un sentiment de vulnérabilité, ce qui est quelque chose que est souvent recherché lorsque l’on est bottom.

Tokidoki Unicorn Wand, GSpot Bi (BS Atelier), Sona Cruise (LELO), Real Double Do (Dorcel),  Plug Lovelife Explore (OhMiBod) et Tango (We-Vibe).

 

Wands et stimulateurs divers 🍄

Ce n’est plus vraiment un secret : j’adore les wands, principalement pour leur côté kitsch mais aussi pour leur côté inclusif. Si dans l’imaginaire collectif les wands sont supposées câliner uniquement les vulves, il faut savoir que leur puissance fait chavirer plus d’un pénis. Et dans le cadre d’un jeu érotique (orgasme forcé, teasing, edging, …), j’ai toujours trouvé que la wand était un outil très à propos. Sa taille plus ou moins massive n’est pas sans rappeler le pouvoir qu’un dominant exerce sur son bottom.

Toujours dans le même principe, mais souvent un peu plus discret en terme de taille, je pensais aux stimulateurs clitoridiens, prostatiques, un peu au goût de chacun·e, en fait. Le salade-tomate-oignons du cul.

Pegging & Strap-on 🌶️

Et puis il y a le cas des gode-ceinture. Là encore, la légende voudrait que le ou la porteur·se domine, mais il n’en est rien. En tant qu’amatrice de ce type d’accessoires, lorsque le rôle de pénétrant m’est attribué, je me sens rarement dominante, c’est même plutôt le contraire.

Pegging superhero!

 

Finalement, être bottom, ça relève davantage du ressenti qu’autre chose. On pense souvent à tort qu’être soumis, c’est être receveur, passif. Pourtant, on peut tout à fait être actif et soumis. On peut obéir à des ordres et/ou trouver satisfaction dans le plaisir que l’on donne sans pour autant dominer.

 

Bottom ou simplement conformiste/peureux ? 🤔

Trop de pression 🍺

Aux stéréotypes s’ajoutent les inquiétudes. Peur d’être précoce ? De mal faire ? D’avoir des responsabilités ? À première vue, il semble plus facile de confier tout cela à quelqu’un d’autre.

- Que devrions-nous faire ? Un pierre papier ciseaux ? - Hmm, et si celle avec le plus de désir décidait ?
Doujinshi par Mikawa Miso. Scans traduits en anglais sur Dynasty Reader.

 

Stéréotypes de genre 👫

Les rôles que nous nous attribuons sont souvent dus à des stéréotypes sexistes, homophobes, etc. Par exemple, il est souvent présupposé que les femmes sont soumises, dans la vie comme au pieu. Dans le cas de deux hommes, c’est le plus petit, l’imberbe ou encore le plus efféminé (quoi que ça veuille dire) auquel on attribuera automatiquement le rôle du pénétré.

Je ne suis pas en train de dire qu’être femme et soumise sexuellement est une mauvaise chose, après tout chacun·e fait ce qu’il veut de son cul (puis je serais mal placée pour donner des leçons !). Je me dis simplement que c’est quelque chose à questionner voire à bousculer.

(Toutes les deux étant excitées) - Mmmm, non ça ne fonctionnera pas.
Doujinshi par Mikawa Miso. Scans traduits en anglais sur Dynasty Reader.

 

Les bratty bottoms 😏

Le terme « bratty » désigne un enfant qui tourmenterait ses parents ou tuteurs simplement parce que ça l’amuse. L’expression a été détournée dans la pornographie notamment avec les « bratty bottoms« , ces personnages au caractère espiègle qui adorent défier l’autorité, surtout si ça leur permet d’être punis par la suite.

Tout ça pour dire : tout n’est pas blanc ou noir. Les bottoms ne sont pas nécessairement des créatures fragiles et dociles, tout comme les tops n’ont pas à entrer dans les normes de virilité pour être considérés comme tels. Comme je l’ai dit plus haut, les deux termes ne sont que les deux extrémités d’un même spectre.

 

La zone érogène la plus polyvalente : le cerveau 🤓

Le sexe, selon moi, ça ne se passe pas qu’en bas comme on pourrait le prétendre. Si certaines zones sont indubitablement érogènes (le sexe, les mamelons, etc), mais on peut tout à fait être excité·e par un genou si notre cerveau l’a décidé ainsi.

 

Avec les rôles sexuels, c’est un peu la même chose. La différence se fait dans le scénario que l’on a créé dans notre tête. Une fessée n’est finalement qu’une main qui claque sur un postérieur plus ou moins joufflu. C’est à nous seulement que revient le privilège de décider de sa signification.

 

Recette pour être deux bottoms au top 💖

Pour être comme cul et chemise au lit (ou plutôt comme cul et cul), on ne le répètera jamais assez : il vaut mieux communiquer. Ton / ta partenaire ne peut pas deviner ce qu’il se passe dans ta tête, alors le meilleur moyen qu’il ou elle le sache, c’est de lui dire. Quand la télépathie sera accessible au grand public on en reparlera, mais pour l’instant il n’y a pas franchement 36 solutions.

Nous devons juste apprendre à s'aimer l'une l'autre ensemble, non ?
Doujinshi par Mikawa Miso. Scans traduits en anglais sur Dynasty Reader.

 

 

Cet article contient des liens affiliés vers Espace Libido, c’est-à-dire qu’à chaque achat effectué sur leur site via mon blog, une commission m’est reversée. C’est une manière parmi d’autres de soutenir mon travail. Merci 🙂

4 Comments

  1. ail

    11 avril 2019 at 20 h 32 min

    Je découvre l’existence des bratty bottoms et je me rends compte que c’est 100% moi alors que je pensais être switch. Du coup comme j’ai un bottom en face c’est assez frustrant de n’avoir pas vraiment de réponse en face snif :’) Ton article m’a mise sur une voie à creuser en tout cas merci !!

    1. Zuki

      12 avril 2019 at 11 h 14 min

      Ahahah trop mimi !!

  2. Madame X

    9 avril 2019 at 19 h 44 min

    Franchement ma poule, j’adore la diversité des sujets que tu abordes sur ton blog! Ton blog est unique, tu touches à des sujets qu’on ne voit nulle part ailleurs. Respect ma belle. 😘

Leave a Reply