Sona 2 par Lelo : clito deux fois qu’une 🎃

Même si le Sona premier du nom est loin d’être mon sextoy favori, il occupe tout de même une place assez particulière dans ma collection : c’est le tout premier jouet sur lequel j’ai écrit ici. Forcément, lorsque le Sona 2 est sorti j’ai foncé, peut être un peu trop impulsivement d’ailleurs.

En fait, j’étais à la fois curieuse de savoir ce que donnerait une version moins agressive de l’étrange stimulateur et à la fois… Complètement indifférente. Selon moi, les Sona sont loin d’être des sextoys extraordinaires, bien que leur technologie brevetée Sensonic™ demeure unique en son genre.

Le bestseller de LELO, seconde édition ✌️

LELO est un habitué des rééditions de sextoys : Ora 2, Ina 2, Gigi 2, Mona 2, … Le Sona étant le bestseller de la marque à la fois pour son prix raisonnable (pour du LELO) et sa technologie (un peu) innovante, il était évident qu’un Sona 2 allait finir par éclore un jour ou l’autre.

Pour rappel, la particularité d’un Sona c’est qu’il envoie des « ondes soniques » en direction du clitoris afin de le stimuler sans le toucher directement, un peu à la manière d’un Womanizer ou d’un Satisfyer. La sensation d’un Sona est toutefois bien différente : il n’y a pas cette idée d’aspiration subtile et délicate que l’on retrouve chez la concurrence. Non, ici on est plutôt sur du marteau piqueur.

Personnellement, disons que je ne déteste pas mais ce n’est clairement pas ma préférence. Un peu comme un Comté acheté au marché un samedi matin : on ne crache jamais sur un bon fromage, ça fait toujours plaisir, mais tout le monde sait que ce sont ceux du Périgord qui surpassent tout dans le game.

Sona 2, est-ce vraiment mieux ? 🤷

À première vue, le Sona 2 n’a pas l’air si différent de son prédécesseur. Légitimement, on pourrait donc se demander ce qui vaut un tel écart de prix avec l’ancien. Selon moi rien, mais j’imagine que LELO ne doute pas de sa notoriété et a préféré s’aligner sur la concurrence (cf le Womanizer Liberty).

Pour commencer par le plus superficiel (mais nécessaire), le coloris rose pastel a disparu pour se transformer en un violet pétant.

Ensuite vient le bec. Il est bien plus profond (on n’en voit d’ailleurs pas le fond) et les rebords sont désormais plats. Physiquement, c’est à peu près tout ce que vous verrez comme différences entre le Sona et le Sona 2.

Mis à part la forme du bec, les deux frères restent assez similaires dans l’ensemble.

 

Ce que beaucoup ont (à raison) reproché au premier Sona, c’est sa non-douceur. Ça ne m’a jamais empêché de prendre mon pied avec, mais quand mon clitoris a commencé à saigner je vous avoue que mes yeux sont un peu sorti de leurs orbites. Le Sona 2 fait une croix sur ce problème en réduisant sa puissance maximale et en proposant des intensités plus douces, pour notre plus grand bonheur. Et je dis ça en tant que meuf qui aime quand ça envoie du pâté, hein.

Quid de la fonction Cruise Control ? 🛫

Les Sona ont cette particularité de toujours exister par paires : les Sona classiques et les Sona Cruise. Les Cruise sont dotés d’une fonction supplémentaire : le jouet réagit à la pression en délivrant davantage de puissance quand il est plaqué contre la vulve.

Avec le Sona Cruise j’avais au mieux trouvé la fonction inutile, au pire dérangeante. En tout cas, ça ne valait pas les 30 balles supplémentaires. C’est-à-dire qu’au moment où je commençais à kiffer et à crisper mes doigts contre le silicone, le moteur s’emballait et je n’avais plus aucun contrôle sur mon plaisir. Bref, je n’en ai jamais vraiment vu l’intérêt.

Sona 2 : mon avis en bref 😴

Le nouveau Sona 2 est la suite logique du Sona, avec les quelques améliorations mineures mais appréciables dont il semblait avoir besoin. Cependant, je ne trouve malheureusement pas cette hausse soudaine de prix justifiée. Et puis, il fait toujours beaucoup de bruit même si on s’éloigne du syndrome « moteur d’avion » de l’ancien modèle.

En bref, si vous voulez à tout prix tenter l’expérience Sona, je ne suis personne pour vous en empêcher. Quitte à prendre un Sona, j’aurais tendance à vous conseiller de vous tourner précautionneusement vers l’ancien modèle à 69€ ou bien le Sona 2 ici présenté à 99. Mais si vous êtes simplement curieux·ses d’essayer la stimulation sans contact pour moins de 100€, par pitié partez plutôt sur un Satisfyer Penguin comme tout le monde, qui je pense vaut déjà un peu plus le détour.

 

+

· Bien moins agressif que son prédécesseur
· Sextoy complet, inutile d’investir dans la version Cruise selon moi
· Commandes légèrement améliorées
· Plus efficace que son équivalent chez la concurrence (Womanizer Liberty)

· Plus cher que le Sona 1 pour quasiment la même offre, dommage

 

Voir le Sona 2 sur Passage du Désir

 

Cet article a été réalisé en partenariat avec LELO et Passage du Désir (merci à eux !). Toutefois, comme d’habitude, tout ce que l’on peut y lire est mon avis personnel et seulement le mien.

Certains liens sont affiliés, c’est-à-dire qu’à chaque achat effectué sur un site partenaire via mon blog, une commission m’est reversée. C’est une manière parmi d’autres de me soutenir si vous appréciez mon travail.

Leave a Reply