Laya II par Fun Factory : Deutsch Qualität pour ta vulve 🌺

Fun Factory fait partie de ces marques de sextoys auxquelles je fais extrêmement confiance, tant pour la qualité de ses produits que pour le fait que la plupart conviennent à tous types d’anatomie. Leurs modèles colorés tendent à mettre en avant ce côté « jeu » si appréciable en laissant un peu de côté ces modèles rose barbie vus et revus des centaines de fois.

Il y a quelques semaines, Fun Factory annonçait donc la réédition de son Laya II, un vibromasseur destiné aux personnes souhaitant découvrir de nouvelles sensations sans pour autant passer par la pénétration (sachant qu’il m’a moi-même fallu des années avant de l’apprécier, je comprends très bien l’initiative).

 

Comme une impression de Laya-vu 🤔

Le Laya II est loin d’être une nouveauté à part entière de la marque. Sans doute fallait-il faire patienter la clientèle jusqu’en 2019. Comme le « II » dans son nom le laisse supposer, le Laya II n’en est pas à son premier coup d’essai.

Le Laya Spot et le Laya II

 

Et je dois dire que je connais bien leur généalogie, puisque le tout premier Laya, le Laya Spot (une version low cost à piles de celui dont nous parlerons aujourd’hui) est entre autres mon premier sextoy ! Il m’avait pas mal satisfaite à l’époque, même si sa non-étanchéité le rendait très facilement cracra, un vrai nid à microbes.

 

Un sextoy performant, c’est cool : un sextoy performant, rechargeable et waterproof, c’est mieux ✨

Face au succès de ce dernier, Fun Factory avait sorti une version rechargeable en 2017, noire. Puis, en 2018, nous voilà dans les tons pastel : bleu ciel, rose et violet. Un peu de la même façon que Womanizer avec son Liberty, en fait.

 

Quoi qu’il en soit, le terrain est connu pour Fun Factory qui ne s’est pas vraiment mouillé sur ce coup-là.

 

Galet des rois (et des reines) 👑

Commençons par le début. Le Laya II est un vibromasseur de type « galet ». Cela ne signifie pas qu’il est destiné à ricocher sur la surface d’un lac plein de vase pour épater la galerie, mais plutôt qu’il s’agit d’un jouet non-pénétrant avec une forme supposée épouser celle de la vulve, puisque c’est cette dernière qu’il viendra stimuler (pas seulement mais nous en reparlerons plus tard !).

 

Quelle différence avec n’importe quel sextoy clitoridien, me dirais-tu alors. Et tu aurais raison de demander. Un sextoy clitoridien laisse supposer une stimulation uniquement clitoridienne et assez précise, tandis que le Laya II promet de stimuler la vulve dans son entièreté (et dieu sait qu’il y en a des terminaisons nerveuses dans ces recoins) et l’entrée du vagin, sans y pénétrer pour deux sous.

 

Pour la vulve, mais pas que… 😊

Si je parle surtout de son potentiel sur les vulves (tout simplement parce que c’est ce que j’ai), je l’ai également trouvé très intéressant à utiliser sur d’autres zones érogènes, bien souvent délaissées, comme les testicules, le pénis, pendant une fellation, sur les mamelons ou encore le cou, le bas du dos, … Que de frissons !

 

La Rolls du vibromasseur ? 🚗

Sur le papier, Fun Factory promet 4 vitesses et 6 modes de vibration, pour un total de 10 possibilités. Je n’ai pas vraiment envie de m’éterniser là-dessus, je suis persuadée sur tu sais lire une notice et n’a pas besoin de moi pour le faire, mais je vais tout de même préciser que sur ce genre d’objets, la plupart du temps, seuls les modes constants sont utilisés.

Tout est une question de préférence, bien entendu, mais de part mon expérience et celles de mon entourage, je connais peu de personnes qui utilisent les autres modes de vibration. Personnellement, cela m’arrive très rarement et seulement avec certains sextoys. On peut donc en déduire que le Laya II, du haut de ses 4 vitesses, n’est pas très puissant, ce qui est dommage étant donné son prix.

 

Et ce n’est pas qu’une impression. Davantage de vitesses auraient été appréciables, ainsi qu’une vibration plus profonde et moins « de surface », qui laisse facilement des fourmis.

 

Laya II : ja oder nein? 🇩🇪

Je n’attendais pas vraiment de nouveauté de la part d’une réédition, alors pas de surprises : si le Laya II n’est pas le sextoy du siècle, il a tout de même beaucoup de potentiel. Je le trouve idéal comme sextoy de douche ou pour découvrir de nouvelles zones érogènes (vulve entière, entrée du vagin, testicules, pénis, scrotum, bas du dos, mamelons, etc).

La puissance n’est pas forcément au rendez-vous, donc pour quelqu’un qui a besoin de plus que de la douceur et des caresses, c’est plutôt vers une magic wand que mon cœur pencherait.

À vrai dire, pour son prix, je pense que la version à piles est nettement plus intéressante (mais on perd alors l’étanchéité). Peut être le Laya 3 rassemblera-t-il enfin tout le monde ? Ne dit-on pas « jamais deux sans trois », après tout ?

 

+

· Pas pour une anatomie en particulier (pas genré)
· Stimulation de l’entrée du vagin et de la vulve sans pénétration
· Waterproof
· Petit et discret

· Manque de puissance
· Prix

 

Voir le Laya II sur Espace Libido

 

Cet article a été réalisé en partenariat avec Fun Factory (merci à eux !). Toutefois, comme d’habitude, tout ce que l’on peut y lire est mon avis personnel et seulement le mien.

Les liens vers Espace Libido sont affiliés, c’est-à-dire qu’à chaque achat effectué sur leur site via mon blog, une commission m’est reversée. C’est une manière parmi d’autres de me soutenir si tu apprécies mon travail.

Leave a Reply